Skip links

5 conseils pour optimiser vos bannières

Elle se glisse partout sur vos écrans, sous différentes formes, il lui arrive de s’animer et même de vous surprendre. Il s’agit bien évidemment de la bannière. Principal levier de publicité en ligne, le display a le vent en poupe. 7% de notre temps sur internet consiste à regarder des publicités. Donc, pour tirer profit au maximum de ce laps de temps, il est nécessaire de réfléchir au support, au format ou encore à l’intégration de votre bannière. Voici nos 5 conseils pour optimiser vos bannières.

1.Optez pour un support et un emplacement pertinents

La pertinence des supports choisis est primordiale. Que vous affichiez votre bannière sur un site web, un réseau social ou encore via une campagne RTB, il s’agit du premier facteur clé de succès. De ce fait, le support choisi doit correspondre à votre cible. Sans stigmatisation aucune, imaginez la pertinence d’une bannière promotionnelle pour une tondeuse sur un blog de mode… Le rôle de la contextualisation est donc essentiel. En témoignent d’ailleurs les opérations de retargeting.

Autre recommandation, et pas des moindres, choisissez un site à fort trafic pour espérer enregistrer un maximum de clics sur votre bannière. Ensuite, les règles classiques de publication de contenu sur le web s’appliquent. Par exemple placer la bannière au dessus de la ligne de flottaison pour capter un maximum de visiteurs.

2.Soignez le contenu de votre bannière

Le message que vous voulez faire passer dépend bien évidemment de vos objectifs et de l’action que vous attendez du consommateur. Ainsi, les couleurs et éventuelles animations doivent être harmonieuses, suffisamment soutenues pour être visibles et capter le regard de l’internaute. Mettez bien en évidence les  pourcentages de réduction car c’est le type de contenu qui incite fortement l’internaute à cliquer. Mais attention, des études ont montré qu’une publicité qui contraste trop avec la page ne remportera pas un grand plus grand succès. Une publicité non-animée est même presque 2 fois plus regardée qu’une publicité animée ! Cela s’explique notamment par la sur-sollicitation dont les internautes font l’objet et qui a conduit à un phénomène de « banner-blindness », c’est-à-dire le fait de limiter son exposition à la publicité. Aussi, plus l’annonceur s’intègrera intelligemment au contenu, sans chercher à tout prix à se démarquer de la page, plus le visiteur sera susceptible d’y accorder son attention.

Autre conseil : Vous vous sentez à l’étroit pour faire passer votre message ? En rendant votre bannière cliquable, vous pouvez en enrichir le contenu. Ainsi, renvoyez vos internautes sur une page de destination, votre page d’accueil, une promotion… Créer une landing page est notamment intéressant si aucune de vos pages existantes n’est adaptée au contenu mis en avant dans la bannière. Pensez tout de même à ne pas décevoir vos internautes en leur proposant du contenu auquel ils ne s’attendent pas lorsqu’ils décident de cliquer sur la bannière.

3.Choisissez le type de bannière adapté

Bien évidemment, la taille de la bannière doit être suffisante pour accueillir votre contenu. Prenez aussi en compte le support sur lequel vous souhaitez l’afficher. Il existe différents types de bannières, dont les caractéristiques sont normées par l’IAB (Internet Advertising Bureau). Voici les principales :

Bannières

4.Mesurez le ROI généré par votre bannière

Quelles performances découlent de votre campagne ? La question du retour sur investissement, souvent négligée est pourtant primordiale. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte pour savoir si votre investissement a été judicieux. Mettre en place un système de tracking vous permet d’analyser plusieurs indicateurs : les plus intéressants sont le taux de rebond, durée moyenne des visites, nombre de pages vues/visite. A corréler avec le coût que vous avez payé, la durée de la campagne, la pertinence du message…

Si de nombreux facteurs entrent en compte pour déterminer l’efficacité d’une bannière, des statistiques générales existent quant à l’efficacité des 3 principaux types de bannières utilisées :

Bannière simple (468×60) : considérée comme le standard de base des bandeaux publicitaires, placé en haut de page, cet espace d’efficacité moyenne se retrouve aussi dans d’autres zones des pages web. Souvent enrichi de petites animations, le CPM (coût pour mille pages) maxi est de 20 euros et taux de clics se situe autour de 0,3%.
Pavé (300×250 ou 180×150) : cet espace peut intégrer du son ou de la vidéo (30 secondes au maximum). Il s’agit d’un format très visible, surtout s’il est intégré dans du contenu éditorial, mais qui risque de gêner la lecture de la page. Veillez à soigner son intégration. Le CPM maxi est de 50 euros et le taux de clics jusqu’à 0,8%.
SkyScraper (120×600) : sorte de bannière verticale qui apparaît le plus souvent en bordure de site. Les créatifs innovent en exploitant ce format, visible et peu intrusif, dans de multiples déclinaisons : empilage de contenus, déstructuration et chute, escalier… Le CPM maxi est de 30 euros et le taux de clics atteint 0,5%.
Comment optimiser mon ROI avec le Where to Buy ?

5.Testez la bannière transactionnelle géolocalisée !

Last but not least… Que pensez-vous d’une solution qui vous permet de diffuser une bannière au ROI intégré ? Chez Clic2Buy, nous vous proposons de tester la bannière transactionnelle géolocalisée. Quèsaco ? La bannière géolocalise automatiquement le consommateur et lui propose les points de vente de votre produit, aux alentours. Le consommateur n’a plus qu’à cliquer sur le revendeur de son choix.

Vous souhaitez aller plus loin dans cette démarche ? Il est possible de rendre la totalité de vos supports de communication digitaux, marchands. Découvrez sans plus attendre le Where to Buy. 

[button target=”_blank” hover_type=”default” text=”Qu’est-ce que le Where to Buy ? ” link=”https://www.clic2buy.com/quest-ce-que-le-where-to-buy/” background_color=”#dd9933″ border_color=”#dd9933″ margin=”0px 0px 0px 200px”]